Actualités

arbre-left arbre-right buisson

Date de publication : vendredi 31 juillet 2020

Qu’est-ce que les isolants biosourcés ?

L’amélioration de la performance énergétique d’un logement passe par une bonne isolation. Mais tous les matériaux ne se valent pas en termes de respect de l’environnement. Utiliser des matériaux biosourcés permet de garantir un bon confort en limitant son impact environnemental.

Matériau isolant biosourcé : qu’est-ce que c’est ?

Les matériaux isolants biosourcés sont issus de la biomasse, c’est-à-dire des matières organiques vivantes, végétales ou animales :

  • laine de chanvre ou de coton,
  • paille,
  • fibre de bois,
  • liège,
  • papier recyclé en ouate de cellulose,
  • textile recyclé,
  • laine de mouton,
  • plume de canard, etc.

Assemblés avec des additifs ou des fibres thermofusibles, ils se présentent sous différentes formes : panneaux ou rouleaux à poser, flocons à projeter ou souffler.

La ressource est d’autant plus disponible qu’elle est sous-utilisée. Selon une étude Terracréa, le plus connu des isolants biosourcés, la ouate de cellulose, ne représenterait en 2025 que 20 % des usages. 5 % de la paille existant en France permettrait pourtant d’isoler annuellement 500 000 logements.

Isolation biosourcée : bien choisir pour une meilleure efficacité

L’impact d’une isolation biosourcée sur l’environnement est évident. Les isolants biosourcés viennent se substituer aux matériaux actuels. Ainsi, la paille pourrait remplacer la laine de roche. De la même façon, la laine de chanvre, le bois ou la laine de mouton pourraient remplacer la laine de verre, la plume se substituer au polystyrène expansé ou extrudé et le liège remplacer le polyuréthane. Tirés des matières vivantes naturelles, ils limitent le prélèvement des ressources non renouvelables. De plus, leur fabrication et leur recyclage produisent moins de gaz à effet de serre.

Lire aussi « Isolation combles perdus en ouate de cellulose : avantages et coût »

Côté confort, l’efficacité de l’isolation dépend de la conductivité thermique (lambda) du matériau et de l’épaisseur utilisée. La laine de mouton présente un lambda inférieur à la laine de verre et nécessitera donc une épaisseur moins importante pour obtenir la même efficacité. Certains matériaux biosourcés présentent aussi l’avantage d’être moins sensibles à l’humidité et aux parasites, comme la laine de chanvre, et ininflammable, comme la ouate de cellulose. Le liège, moins performant en termes d’isolation thermique, est reconnu pour ses performances en isolation phonique.

Dans les régions plus chaudes, l’isolation doit présenter un bon déphasage thermique, c’est-à-dire une bonne capacité à ralentir le réchauffement solaire du logement. La ouate de cellulose, la laine de chanvre et la laine de bois en vrac tirent leur épingle du jeu (9 à 12 heures), tout comme la laine de coton (8 heures), des performances nettement plus élevées que celles des isolants classiques (3,6 heures pour la laine de verre ou 5 heures pour le polystyrène expansé).

Les inconvénients des isolants biosourcés

Le principal inconvénient réside dans leur coût plus souvent élevé. Le prix au mètre carré de la laine de verre (moins de 10 euros du mètre carré pour une résistance thermique de 7 m².K/W (R=7) est imbattable. La comparaison des coûts paraît donc défavorable, de prime abord, à la plupart des isolants biosourcés. A y regarder de plus près, l’effort est moindre en ce qui concerne la ouate de cellulose (10-15 euros du mètre carré pour un R=7). En revanche, c’est une réalité quant à la laine de chanvre (plus de 50 euros du mètre carré pour un R=7).

Autre élément à regarder avant de choisir un matériau écologique, les additifs utilisés pour lier les fibres. Ainsi, les fibres de bois sont liées avec du polyuréthane, comme parfois la laine de chanvre (choisir celles liées avec un amidon naturel).

Sources :
http://www.batirpourlaplanete.fr/wp-content/uploads/2015/08/Guide-materiaux-biosources.pdf
https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/materiaux-de-construction-biosources-et-geosources
http://lra.toulouse.archi.fr/lra/activites/projets/terracrea/terracrea-rapport-final
https://conseils-thermiques.org/contenu/comparatif_isolants.php

Retour

En poursuivant votre navigation sur notre site vous acceptez l'utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites. [Pour en savoir plus et paramétrer les cookies].

OK
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Votre navigateur est obsolète !

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×