Famille devant un panneau solaire

Date de publication : vendredi 12 février 2021

Qu’est-ce que l’autoconsommation en énergie ?

Être autonome en énergie, un rêve devenu réalité ! Produisez vous-même tout ou partie de votre énergie électrique en installant le bon matériel. Au programme : de belles économies et un impact écologique très réduit. Mode d’emploi.

Autoconsommation énergétique : le principe

L’autoconsommation est rendue possible par l’autoproduction énergétique, qui consiste pour un particulier à produire sa propre électricité, à l’aide de différents matériels et équipements, pour pouvoir la consommer. Ce système permet de réduire considérablement sa facture d’énergie ! Par ailleurs, l’autoproduction met en œuvre des énergies renouvelables pour la production d’électricité, comme le solaire.

Couplée à l’utilisation de matériaux propres pour votre isolation, cette solution réduit au maximum l’empreinte écologique de votre logement.

Mais passer à l’autoconsommation ne s’improvise pas : c’est un projet d’envergure qu’il convient de préparer soigneusement :

  • Définition précise de votre consommation énergétique : elle conditionnera vos besoins et donc le dimensionnement de votre installation. Des simulateurs existent pour vous simplifier ce volet !
  • Choix d’un mandataire : le prestataire technique qui s’occupera de votre installation peut prendre sous sa responsabilité un certain nombre de démarches. Attention : il doit être certifié RGE pour que vous puissiez bénéficier d’aides financières !
  • Choix de la gestion du surplus : vous pouvez consommer toute votre production d’énergie ; dans ce cas, les formalités administratives sont réduite à la signature d’une Convention d’Auto-Consommation Sans Injection (CACSI). Si vous souhaitez revendre votre surplus de production, il faudra en revanche satisfaire à un certain nombre de critères techniques : puissance de l’installation, choix du réseau, etc. Votre mandataire vous accompagnera durant les démarches.
  • Enfin, une démarche d’autoconsommation doit faire l’objet de diverses autres formalités administratives : auprès de la municipalité (dans le cas de travaux), attestation du Consuel, demande de raccordement au réseau, etc. Là encore, votre mandataire peut vous faciliter les choses !

Le matériel d’autoproduction énergétique

La plupart des candidats à l’autoproduction énergétique optent pour une installation photovoltaïque : les panneaux solaires sont en effet les équipements les plus simples à installer, les plus abordables, et ils sont éligibles à de nombreux dispositifs d’aide financière. Placés en général sur le toit, ils captent la lumière et produisent de l’électricité. Cette énergie est ensuite convertie en courant utilisable par vos équipements domestiques. L’étape de préparation du projet vous aura permis de faire le bon choix de panneaux : surface, puissance, emplacement…

L’autoproduction en pratique

L’électricité est produite en continu : elle est donc librement utilisable lorsque que vous êtes présent dans votre logement et que vos équipements de production fonctionnent. Mais ces derniers fonctionnent également lorsque vous êtes absent : que faire de cette énergie produite mais non utilisée ? On estime en effet que seuls 40 % de l’énergie produite en autoproduction est consommée, le complément étant fourni par un fournisseur. Les 60 % restant :

  • Peuvent être stockés dans des systèmes de batteries. Cette option permet d’utiliser au maximum les capacités de votre installation tout en réduisant au minimum le recours à un fournisseur. Mais leur coût reste très élevé, leur encombrement est important et il s’agit d’équipements dont la production reste très polluante. La balance avantages-inconvénients doit être soigneusement étudiée !
  • Peuvent être réinjectés dans le réseau public. Si votre installation a une puissance inférieure à 3 kWc, cette opération se fera automatiquement ; mais si vous disposez d’une installation plus puissante, il vous faudra effectuer un certain nombre de démarches auprès du gestionnaire du réseau, ainsi que du fournisseur d’énergie dont dépend votre zone d’habitation.

Autoconsommation, rentabilité et aides financières

Le rachat de votre électricité en surplus se fera selon des tarifs fixés par arrêté par le Gouvernement. En 2020, ils s’élevaient de 0,06 € à 0,10 €/kWh environ selon la puissance de votre installation photovoltaïque.

Par ailleurs, l’installation d’un équipement photovoltaïque avec revente du surplus d’énergie vous ouvre droit à une prime à l’investissement : versée annuellement sur 5 ans, son montant est fonction de la puissance de votre équipement.

En 2020 :

Puissance de l’installation Montant annuel pour chaque kWc installé
</= 3 kWc 380 €
</= 9 kWc 280 €
</= 36 kWc 170 €


Pour en bénéficier :

  • Optez dès l’origine pour un contrat d’autoconsommation avec revente du surplus avec le fournisseur de votre choix. Attention : il peut vous engager pour longtemps !
  • Faites appel à un installateur RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) ;
  • Respectez certains critères d’installation pour vos panneaux solaires.

Enfin, l’installation de panneaux solaires photovoltaïque dans le cadre d’un projet d’autoconsommation est éligible à certaines aides des collectivités locales, ainsi qu’à une subvention de l’Anah sous conditions.

Retour
Ce site utilise uniquement des cookies nécessaires à son fonctionnement et des cookies de mesure d'audience anonymisés. Il ne recueille et ne partage aucune information lors de votre navigation autre que celles utiles au fonctionnement du site.
×
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.