homme qui isole le plafond

Date de publication : vendredi 8 janvier 2021

Isolation d’un sous-sol semi-enterré : techniques et conseils

L’isolation du sous-sol semi-enterré donne de bons résultats sur la réduction des émissions de CO2 et sur l’amélioration du confort thermique du logement. Il faut cependant utiliser la bonne technique et le bon matériau. Voici donc 5 conseils pour réussir l’isolation d’un sous-sol semi enterré.

Conseil n° 1 : traiter les ponts thermiques pour une bonne isolation du sous-sol semi-enterré

Les logements anciens, construits avant 1974, année de la première réglementation thermique, peuvent présenter des déperditions de chaleur importantes, de l’ordre de 7 à 10 % par les planchers bas et 5 à 10 % du fait des ponts thermiques.

Isoler un sous-sol semi-enterré permet donc de gagner en performance énergétique du logement. Il ne faut pas oublier cependant de traiter les ponts thermiques dans la même opération. C’est d’autant plus important qu’ils sont à l’origine de phénomènes de condensation en bas de murs (moisissures, traces noires, etc.).

Dans le cas d’une isolation par le plafond du sous-sol, il suffit d’appliquer l’isolant en rouleau par retour dans l’angle formé par le plafond avec les murs.

Conseil n° 2 : entre plusieurs techniques, choisir la bonne

Il existe plusieurs techniques pour isoler un sous-sol semi-enterré ou non. La première consiste à isoler le plafond du sous-sol par le dessous en posant l’isolant sur sa face intérieure. Elle est intéressante lorsque l’on souhaite garder toute la hauteur de plafond dans les pièces situées au-dessus. Elle présente l’inconvénient d’être moins efficace en termes d’isolation. C’est cependant la technique la plus simple et aussi la moins coûteuse, puisqu’il n’est pas indispensable de le recouvrir d’une finition.

Lire aussi « Isolation de cave/sous-sol : késako »

Une autre technique consiste à isoler le plancher bas du rez-de-chaussée en le recouvrant de l’isolant puis du revêtement de sol de votre choix. Cette technique est très efficace du point de vue énergétique, à condition de ne pas oublier de traiter les ponts thermiques. Elle est toutefois plus lourde que l’isolation par le sous-sol, puisqu’il vous faudra rehausser les seuils des portes et refaire la totalité du plancher, y compris le revêtement de sol.

Il est enfin possible de poser l’isolant entre les éléments de structure du plancher. Cette technique est complexe et plutôt utilisée lors de la construction de la maison.

Conseil n° 3 : ne pas se tromper dans l’épaisseur d’isolant pour sous-sol semi-enterré

L’épaisseur d’isolant est fondamentale pour être certain d’améliorer la performance énergétique de la maison. Elle entre dans le calcul de la résistance thermique de la paroi isolée. La réglementation thermique RT2012 impose une résistance thermique de 2,7 m².K/W lorsqu’ils donnent sur un local non chauffé. Cependant, pour obtenir les aides à la rénovation énergétique, il faut atteindre une résistance thermique de 3 m².K/W.

La résistance thermique est égale à l’épaisseur du matériau divisée par sa conductivité thermique (lambda). Dès lors, pour atteindre une résistance thermique de 3 m².K/W, l’épaisseur de l’isolation doit être de :

  • 12 centimètres pour un isolant de lambda 0,04,
  • 15 centimètres pour un isolant de lambda 0,05,
  • 18 centimètres pour un isolant de lambda 0,06.

Conseil n° 4 : gérer le degré d’humidité du sous-sol

Une isolation aussi performante soit-elle ne pourra atteindre le meilleur de son efficacité si le sous-sol semi-enterré reste humide. Si l’isolation participe à l’assèchement du sous-sol, elle ne sera complète qu’avec une bonne ventilation. Vous découvrirez tous les conseils pour ventiler un sous-sol ici.

Conseil n° 5 : ne vous privez pas des conseils d’un professionnel

Faire appel à un professionnel s’avère souvent nécessaire pour réaliser l’isolation d’un sous-sol semi-enterré. Il vous apportera tous les conseils dont vous avez besoin. Pour bénéficier des aides à la rénovation énergétique, vous devez faire réaliser les travaux par un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). Non seulement, il vous fera bénéficier de ses compétences, acquises par la formation et l’expérience, mais il vous permettra d’être éligible à MaPrimeRénov’, à la prime éco-énergie et aux autres aides gouvernementales ou locales auxquelles vous pouvez prétendre.

Retour
Ce site utilise uniquement des cookies nécessaires à son fonctionnement et des cookies de mesure d'audience anonymisés. Il ne recueille et ne partage aucune information lors de votre navigation autre que celles utiles au fonctionnement du site.
×
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.